Inscrivez-vous à notre newsletter

Vous recevrez par e-mail des infos sur nos nouveautés (maximum 2 fois par mois)

Souscrire

Votre mail ne sera en aucun cas cédé à des tiers. No spam !

Scénarios de films, livres et revues de cinéma

La révélation du temps par les figures sonores dans les films de Tarkovski et Zviaguintsev

Le travail de recherche porte sur les filmographies riches et mystérieuses de deux cinéastes russes : Andrei Tarkovski et Andrei Zviaguintsev. Au moyen de l’analyse des figures sonores, confrontée avec les théories philosophiques et cinématographiques, les principales problématiques du temps au cinéma sont soulevées. L’objectif étant d’éclairer le concept ambivalent de la révélation du temps, il a fallu desceller les correspondances entre les films des cinéastes. L’étude approfondie des figures sonores permet de montrer le cheminement de la représentation du temps. En partant du reflet fidèle de l’écoulement du temps, les cinéastes présentent néanmoins une vision subjective de la durée. Ils confèrent à l’instant, l’unique unité absolue du temps, la puissance de réunir toutes les simultanéités temporelles. L’instant présent devient un dialogue permanent et ambivalent entre le passé réel et le futur virtuel. L’instant a donc rapport avec le réel autant qu’avec l’imaginaire. Mais il est toujours au cœur de la quête du temps absolu et vrai. Une forte aspiration à une réalité intemporelle, à un temps éternel s’observe chez les cinéastes russes. La représentation de ce temps absolu ne s’opère que sous forme d’une révélation spontanée et vraie.

D’origine russe, Macha Ovtchinnikova a effectué ses études supérieures à Paris, d’abord en classe préparatoire aux grandes écoles, puis à l’Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle. Diplômée de Master 2 en études cinématographiques en 2013, elle poursuit ses études en doctorat. Parallèlement à son activité universitaire, Macha est également scénariste et réalisatrice : son premier long-métrage intitulé Les Variations est sorti en salles le 5 février 2014.

Table des matières

Corpus commenté 7

Introduction 23

I. Première partie
La composition du temps par les figures sonores 39
1) Le contenu de l’évolution réelle et la représentation de sa durée 39
A) Les figures sonores plongent les personnages dans une temporalité spécifique qu’ils vivent comme telle 40
B) L’évolution réelle dans l’espace et la représentation fidèle de cette évolution dans sa durée 44
C) La boucle temporelle se referme sur elle-même 50
2) Le rythme fondé sur l’intensité temporelle dans le plan 55
A) Définition étymologique et philosophique du rythme temporel 56
B) La durée relative est composée d’instants absolus 60
C) « Le groupe des instants […] forme […] le rythme temporel. » 64
3) Poésie langagière et musicale 70
A) Le mouvement horizontal dans le temps vertical de la poésie 71
B) Éclatement de la durée en instants par les figures sonores 75
C) L’union de la muliplicité des simultanéités en un instant 79

II. Deuxième partie
L’instant présent comme dialogue entre le passé réel et le futur virtuel 87
1) Le visible et l’invisible dans le champ sonore 87
A) L’incarnation de la voix et l’impact des figures sonores invisibles sur l’image 88
B) La parole dissimulée par le corps et le corps matérialisé par la parole 93
C) Évocation du passé et appréhension de l’avenir comme source d’apories 98
2) Les figures sonores interrogent le passé et ouvrent un éventail d’actions possibles dans l’avenir 102
A) Les figures sonores explorent le passé 103
B) L’instant présent figé dans l’échange impossible 106
C) Les figures sonores se substituent à la parole ambiguë et ouvrent le champ des possibles 110
3) Le silence comme condition de « l’action neuve » (Bergson) au présent 116
A) L’étude des « points de cri » et de la parole qui déclenche l’action 118
B) Le silence comme condition de l’accomplissement d’une action « neuve » et « libre » dans la durée 122
C) Construction d’une temporalité du présent rythmée par « les points de synchronisation » (M. Chion) 126

III. Troisième partie
La révélation du temps à travers le champ sonore comme cheminement vers l’éternel 135
1) La profondeur de champ se construit par le son 135
A) La sensation sonore suggère les virtualités d’actions 137
B) Les souvenirs réels et les virtualités inaccomplies 143
C) L’accomplissement sonore ouvre la voie vers l’imaginaire salvateur 148
2) L’intemporalité dans le dispositif visuel et sonore 152
A) L’analyse de la temporalité interne 153
B) Le lien entre le temps et la relation avec l’Autre 158
C) Les figures sonores élèvent le récit au-delà du temps vers l’intemporel 162
3) Les figures sonores transfigurent et transcendent l’image et l’élèvent vers l’éternel 166
A) La musique, voie vers l’éternel, dépasse et transfigure le temps de l’image 167
B) Les figures éternelles créées par le son 171
C) L’événement sonore propulse le récit dans l’éternité rendue sensible 174

Conclusion 179

Annexes 185
Bibliographie 187

Photogrammes des films 193

Index des noms cités 227