Jean Eustache ou la traversée des apparences

Réalisateur culte et pourtant méconnu, Jean Eustache n’a eu de cesse, dans la  douzaine de films réalisés au long de sa courte carrière, de brouiller les pistes, de mélanger les genres et les idées, de cultiver l’ambiguité entre la vérité et les apparences.
En jouant ainsi sur les idées de vrai et de faux, Eustache peut ainsi redéfinir les genres cinématographiques, rétablir la vérité sur l’époque et la société dans laquelle il vit et, en toute confiance, laisser seule sa mise en scène, faire surgir la vérité.

Jérôme d’Estais est né à Paris. Il a étudié la littérature et le cinéma, ses deux grandes passions. Il vit dorénavant à Berlin où il a successivement traduit des scénarios, produit des émissions culturelles et enseigné le cinéma et la littérature française.

SOMMAIRE

Introduction

I. Une recherche du temps perdu difficile voire impossible

A. Une époque décevante et trouble
1. Sociologie et politique
2. Liberté sexuelle
B. Une recherche du passé à travers les références culturelles
1. Le cinéma
2. Autres arts : littérature et musique
C. Une recherche du passé à travers l’autobiographie

II. Réalisme et refus du réalisme

A. Faux univers réaliste,
qui est en fait un univers de pellicule et de théâtre

1. Réalisme
2. Théâtre et cinéma
B. Fiction et reportage
1. Différences et ressemblances
2. Doubler

III. La parole et le son, porteurs et révélateurs du faux

A. Paroles
1. La parole, porteuse du faux
2. La mise en scène au service de la parole
3. De l’humour à l’amour
B. Le son plus fort que l’image
1. L’image au service du son
2. L’image et le son décalés

Conclusion

Filmographie d’Eustache, metteur en scène
Bibliographie
Index